La PNL

LA PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE (PNL)

 

Qu’est-ce que c’est ?

La Programmation Neuro-Linguistique (PNL) a été créé aux États-Unis, dans le milieu des années 1970, par John Grinder, linguiste, et Richard Bandler, alors étudiant en psychologie. Il s’agissait au départ de découvrir ce qui rendait un thérapeute meilleur qu’un autre, en observant ce qu’il faisait plutôt qu’en écoutant ce qu’il disait faire…

Le but était, comme pour toute approche de thérapie brève ou de coaching, de réorganiser “l’expérience subjective profonde humaine” afin d’obtenir rapidement et sans souffrance un changement utile pour la personne. En clair, aider la personne à aller mieux ou à mieux faire ce qu’elle savait faire.

Bandler et Grinder ont commencé par étudier les interventions de Fritz Perls (gestalt), puisqu’ils se formaient déjà à son approche (sans l’avoir rencontré). Ce qu’ils découvrirent conduisit aux premières “techniques” (imitations gestuelles et de langage, étude de la structure du langage) et leur permit d’approcher une thérapeute célèbre : Virginia Satir (thérapie familiale), qu’ils purent “modéliser” à son tour.

De l’analyse de ces interventions, les fondateurs de la PNL ont conclu que les meilleurs communicateurs utilisaient des structures inconscientes, mais décelables par un observateur extérieur . Une fois repérées et formalisées, on peut reproduire ces structures à volonté et même les enseigner.

La PNL est l’accès aux comportements intuitifs des meilleurs communicateurs !

Ainsi, avec ces nouvelles connaissances, un thérapeute déjà formé aux approches de Satir et de Perls pouvait, en copiant les expressions inconscientes de ses mentors, devenir meilleur dans sa pratique (ce qui ne remplace évidemment pas le savoir-faire de base).

Bien sûr, les thérapeutes issus d’autres approches proches de la Gestalt et de la Thérapie familiale commencèrent à utiliser ces techniques, avec succès. Mais d’autres personnes voulurent aussi se former, qui n’étaient pas thérapeutes… Bandler et Grinder ont donc commencé à mettre en place des structures d’intervention simples, afin de leur permettre de pratiquer.

On retrouve ainsi en PNL un melting-pot d’outils issus de nombreuses formes de thérapies ou d’approches :

- La technique de “synchronisation” (établir le rapport) décrite par Mesmer dès 1750, utilisée depuis toujours en Hypnose Classique (et, depuis, dans toutes les formes d’Hypnose) et complétées par les techniques de Carl Rogers.
- Les “ancrages” décrits depuis les années 1920 par les russes (conditionnement, Pavlov, etc.).
- Les “mouvements oculaires” du français Antoine de la Garanderie (1950, gestion mentale, enseignée aux instituteurs et professeurs, en France).
- Les recadrages de sens utilisés par tous les psychothérapeutes et psychologues du monde.
- Les “niveaux logiques” décrits par Bateson, Palo Alto (et popularisés par Dilts).
- Les techniques anciennes de visualisation (“générer un comportement nouveau”), que l’on retrouve depuis l’Hindouisme.
- Le “modèle des parties” inspiré de la psychanalyse et de l’analyse transactionnelle (“squash visuel”, “polarités”).
- La régression hypnotique découverte par Pierre Janet en 1919, sur la base de la vision freudienne de l’Inconscient, appuyée par le “pont affectif” de l’hypnothérapeute classique Watkins (“changement d’histoire personnelle”).
- Toujours sur une vision freudienne, la même régression hypnotique mais liée aux empreintes de Konrad Lorentz (“ré-empreinte”).
- Etc.

Ainsi que quelques techniques inédites, comme les sous-modalités sensorielles, le recadrage en 6 points et, bien sûr, le méta-modèle (langage), les méta-programmes (habitudes de fonctionnement d’une personne) ou bien encore le modèle SCORE, pour mieux cibler un objectif.

Quelques années plus tard, à la fin des années 70, Jay Haley fit connaître Milton Erickson (psychiatre et hypnothérapeute) à Bandler et Grinder, qui étudièrent surtout son langage, ce qui a donné le fameux “Milton-modèle”, aujourd’hui utilisé en Nouvelle Hypnose. Plusieurs ouvrages PNL ont ainsi été consacrés à Erickson qui, après avoir été rejeté par les Pnlistes, est maintenant reconnu comme un modèle majeur.

Ainsi, l’enseignement de l’Hypnose Ericksonienne et de la Nouvelle Hypnose à l’IFHE inclut la PNL, dont les modèles simples facilitent l’apprentissage de l’Hypnose aux débutants. Les structures PNL, simplistes mais accessibles au plus grand nombre, ont été “professionnalisées” dans les années 1990 par Olivier Lockert, en Nouvelle Hypnose, afin de les rendre utilisables en hypnothérapie comme en coaching. Ce sont ces techniques améliorées que l’ont retrouve à l’IFHE depuis sa création en 1995 et dans le livre “Hypnose”, dès 2001.

Bien sûr, la pratique de Milton Erickson ne se limite pas au seul langage. La formation IFHE dispense les différentes stratégies et les savoir-faire du “maître de Phoenix”, dont le Milton-modèle 4, qui touche aux processus relationnels, dérivés de la psychologie sociale (ce qui n’existe pas en PNL).

Après avoir modélisé des psychothérapeutes, Bandler et Grinder se sont intéressés à des professionnels du management, de la pédagogie, et de bien d’autres domaines dont l’excellence comportementale peut désormais être transmise au plus grand nombre (“modélisation”, “stratégies”). Il ne s’agit bien sûr pas d’apprendre chaque domaine spécifique, mais d’utiliser les points communs inconscients utilisés par chaque expert en son domaine.

Ce que nous faisons principalement, c’est d’accorder très peu d’attention à ce que les gens disent faire et beaucoup d’attention à ce qu’ils font vraiment. Puis nous construisons un modèle à partir de leurs comportements. Nous ne sommes pas des psychologues, nous ne sommes pas non plus des théologiens ou des théoriciens. Nous n’avons pas d’idée à propos de la nature “réelle” des choses et cela ne nous intéresse pas particulièrement. La fonction d’un modèle est d’arriver à une description qui soit utile. Nous n’avons rien de vrai à vous offrir, seulement des outils pratiques” (Bandler & Grinder, “Les Secrets de la Communication”)

La PNL est donc une approche mécaniste, pragmatique, qui apporte des techniques comportementales pratiques, concrètes, utilisables au quotidien dans la vie courante, comme en milieu professionnel.

“Faites ce qu’il faut pour que cela fonctionne !… Si ce que vous faites ne fonctionne pas : changez… Si vous n’arrivez pas à faire ce qui convient : apprenez… Et lorsque la situation évolue : faites autrement, trouvez un autre comportement, jusqu’à ce que cela fonctionne à nouveau !”

La PNL est sous-tendue par des présupposés (idées), inspirées là encore de différents domaines ou auteurs (cybernétique, cognitivisme, grammaire, Chomsky, Korzybski) qui cherchent à rendre les interactions humaines plus faciles, confortables et efficaces. Un bon praticien est censé ainsi pouvoir adapter et améliorer sans cesse ses interventions à la personne.

Le champ d’action de la PNL s’étend donc de la psychothérapie à l’entreprise (ressources humaines, management, coaching), en passant par le développement personnel ou l’enseignement…

Très rapidement après sa création, la PNL a évolué, en 1981 : John Grinder et Richard Bandler se sont séparés, et avec eux les tenants de différentes approches… Le côté “mécaniste” de la PNL des années 70 perdure aujourd’hui encore chez une partie des praticiens PNL, qui préfèrent une pratique rationnelle, “cerveau gauche”, notamment en coaching et en entreprise. D’un autre côté, la PNL s’est humanisée en retrouvant une approche “cerveau droit”, touchant au corps et aux émotions : c’est le ”New Code” de John Grinder, la PNL “hypnotique” telle qu’on l’enseigne à l’IFHE (lire l’article).

En résumé
La PNL telle qu’elle est enseignée à l’IFHE est intégrée à ses origines hypnotiques, éricksoniennes : les structures basiques apportées par la PNL, tirées de différentes approches, sont utilisées dans des modèles complets d’intervention hypnotique. C’est la Nouvelle Hypnose telle qu’on la pratique aujourd’hui.

Les créateurs eux-mêmes de la PNL ont suivi ce retour à l’Hypnose : avec la PNL New-Code de Grinder ou les véritables “spectacles d’hypnose” des formations actuelles de Richard Bandler, comme dans ses derniers livres (transcriptions de ses formations) : “Transe-formation”, “Le Temps du Changement”, etc. où il n’est pratiquement plus question que d’Hypnose, enseignée sous le nom de “Programmation Neuro-Linguistique”.